Télévision : 2e Nuit du Fennec D'or

Elwatan; le Lundi 21 Fevrier 2005
1689

La deuxième édition de la nuit Fennec d'or, awards récompensant les meilleures créations et productions télévisuelles exclusivement algériennes, organisée par la Fondation du Fennec d'or dont le président est le directeur général de l'ENTV, Hamraoui Habib Chawki, avant-hier, au Théâtre national algérien Mahieddine Bachtarzi, a vu le sitcom fiction (série TV) Nas m'lah city 2, produit par Sid Ahmed Guenaoui et réalisé par Djaâfar Gacem de Timgad Prod, faire la razzia en raflant quatre prix.
Cette édition diffusée, en simultané, en direct sur les chaînes de télévision algériennes - ENTV, Canal Algérie et A3 - devant un aréopage constitué de comédiens, d'acteurs, de chanteurs et de chanteuses et autres réalisateurs. Des visages du monde du spectacle, comme le cinéaste Lakhdar Hamina, le grand acteur Sid Ali Kouiret, Rana Abyad, la comédienne syrienne ayant campé le rôle de Fadhma Lalla n'Soumeur dans le feuilleton Adra el djabel, la star du raï Khaled ou encore Fella Ababsa ainsi que des invités de marque d'Egypte, de Syrie et de France issus du monde du spectacle.
Rana Abyad, potiche
Le show s'ouvrira sur un décor cathodique présentant de géants et petits écrans à l'effigie de deux figures du cinéma et de la télévision algériennes ayant disparu, il y a quelques mois : les regrettés Djamel Fezzaz, le réalisateur de Chafika et Le Joueur, et Yahia Ben Mabrouk, l'alter ego et collègue mythique de l'Inspecteur Tahar. Un hommage duel et une pensée très pathétique et émouvante ! La nuit télévisée sera ouverte solennellement par le président des fennecs d'or Hamraoui Habib Chawki, lequel conviera, au dépourvu, le comédien et humoriste Kaci Tizi Ouzou à monter sur scène pour assurer... toutes les remises du Fennec d'or aux lauréats.
Un geste sincère ! Mais cela a été éreintant pour Kaci Tizi Ouzou. Il fallait prévoir plusieurs remettants à cet effet. Par conséquent, installer une fluidité pour éviter les flottements et autres temps morts. Pour cette deuxième mouture des fennecs d'or, quatorze productions étaient en lice. Le jury, sous la présidence de Dora Bouchoucha, productrice et réalisatrice tunisienne, et les autres membres, la comédienne Sonia, le réalisateur Sid Ahmed Sedjane, Mourad Senouci, auteur et journaliste, Moussa Haddad, réalisateur, Baya Hachemi, réalisatrice, Esma Itime, critique de cinéma, et Merzak Baktache, écrivain, après visionnage, nominera onze programmes télévisuels, à savoir les téléfilms Sabra de Ramdane Ammari, Mon ami, ma sœur de Mohamed Oulebcir, Zaza et Kebch El Aïd de Baba Ahmed et les séries Nas m'lah city de Djaâfar Gacem, Haltou hala, El Koussouf de Hocine Nacef, La Vierge de la montagne de Sami Djennadi, Le Joueur de Djamel Fezzaz, Iguerbouchène de Boualem Aïssaoui et L'Ombre des fleurs de Messaoud El Aïb, et ce, dans sept catégories. Aussi, le sitcom fiction ramadhanesque de l'«after f'tour» aura été le grand vainqueur en remportant quatre fennecs d'or. Ceux de la meilleure interprétation féminine pour la comédienne Beyouna ex æquo avec Nawel Zaâtar pour le feuilleton Le Joueur, du meilleur rôle masculin pour Salah Aougrout ex æquo avec Mohamed Adjaïmi pour son interprétation dans Le Joueur, de la meilleure image et du meilleur montage. Le prix du meilleur décor a été attribué à Omar Hammouli pour le film Sabra. Le Fennec d'or par excellence et le très attendu, celui du meilleur réalisateur, a été décerné, à titre posthume, à Djamel Fezzaz pour Le Joueur. Cependant, les prix du scénario, de la musique et des effets spéciaux n'ont pas été attribués. Toutefois, la récompense pour les effets spéciaux serait revenue à Adra el djabel et celle de la musique pour la bande originale des séries Men edouar la dollar (cheb Billal) et Nas m'lah city (duo Amel Wahby et le rappeur Lotfi Double Kanon).
Live vs play-back
Par ailleurs, le jury a décidé de décerner le prix spécial du jury à Sid Ali Kouiret et à Yahia Ben Mabrouk, à titre posthume, pour l'ensemble de leur carrière artistique. Un autre moment intense quand Khaled se lèvera et sera suivi par l'assistance pour un standing ovation saluant Yahia Ben Mabrouk. Le réalisateur Djaâfar Gacem, l'heureux élu, déclare : «Je suis très content pour cette consécration. Pour moi, j'ai reçu quatre fennecs d'or. Cela veut dire qu'on fera mieux la prochaine fois. Et puis le regretté Djamel Fezzaz méritait amplement le meilleur des fennecs d'or.»
La soirée a été animée par un minitour raï de chant de Khaled, mais en semi-recording et puis franchement en play-back et ses aléas. Un show en direct nécessite une performance vivante. Mais bon ! Les interludes ont été ponctués des artistes Mohamed Rouane, Benzina et le ballet de danse Arts et Culture. La fausse note, pour ne pas dire la mire des fennecs d'or, aura été le comportement indécent et zélé des agents de sécurité et du responsable du protocole ayant empêché les journalistes-photographes d'accomplir convenablement leur mission : la couverture de cet événement. Ils ont été traités comme une quantité négligeable sans aucun respect, alors qu'ils participaient à la promotion de la création télévisuelle algérienne.


Categorie(s): culture

Auteur(s): K. Smaïl

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..